Délégationd’Aix-en-Provence

Sur le territoire d’Aix et Arles

Ce qui a été fait en 2019 et durant la crise Covid

Rapport d’activité ; point par la présidente

À l’occasion de la sortie du rapport d’activités du Secours Catholique d’Aix et Arles, référencé ci-dessous pour votre lecture, Hélène Mayer, présidente indique dans la lettre du 22 juin 2020, ci-après, quelles actions durant la crise sanitaire, les équipes de la délégation ont menées auprès des plus fragiles en continuité avec ses objectifs, dans la fraternité et le respect du droit aux besoins essentiels de la personne.

Ce qui a été fait en 2019 et durant la crise Covid

publié en juin 2020

Le rapport 2019 du Secours Catholique d’Aix et Arles présente les actions menées auprès de femmes seules, de familles, d’enfants dans leur scolarité, de personnes détenues, migrantes, sans domicile, en difficultés financières, administratives. Autant d’actions enrichies de rencontres qui concourent à la construction d’un monde juste et fraternel auquel travaillait déjà Jean Rodhain, fondateur de l’association, il y a plus de soixante-dix ans… Les statistiques publiées indiquent qu’il y avait en 2019, une augmentation de la pauvreté sur le territoire : plus de douze mille personnes ont été accueillies par nos équipes sur le territoire de notre diocèse.

Pour prendre connaissance du rapport 2019 : https://isidor.secours-catholique.o...

À propos des actions menées du 16 mars au 18 mai 2020, durant la crise Covid, Hélène Mayer, présidente territoriale, aux acteurs du Secours Catholique d’Aix-en-Provence et Arles.

« Au moment où sort notre rapport d’activité 2019, comment faire abstraction de la crise qui a bouleversé tous les équilibres et touché les plus fragiles de manière dramatique, dans leurs besoins vitaux ? Dans ce contexte, notre délégation présente les actions menées auprès des personnes qui ont eu besoin de secours et d’accompagnement pendant cette période particulière dont nous savons qu’elle marquera durablement notre activité, bien au-delà de l’état de crise.

Pendant le confinement. Dès le 16 mars, conformément aux directives gouvernementales, la délégation a fermé ses espaces d’accueil et réorganisé son accompagnement des plus fragiles sur le territoire d’Aix/Arles, en mettant en place de nouvelles formes de fraternité de proximité.

Première urgence : l’accès à l’alimentation.

Une action particulièrement importante, qui voulait honorer au maximum la dignité des personnes, a été dès la fin du mois de mars, de substituer au maximum l’usage des chèques-service à la distribution de colis alimentaires. Nous avons organisé la remise de 1 560 chéquiers-services Secours Catholique, de 50 euros (20 x 1, 2 x 10, 2 x 5 euros). Ils ont été portés par des équipes de bénévoles renforcées d’étudiants aux personnes accompagnées par le Secours Catholique qui en ont exprimé un besoin urgent. Ce secours s’est également porté vers les personnes dont la précarité a fortement augmenté en raison de la crise du Covid 19. Plus de trois cents ménages ont pu être aidés : principalement des familles, souvent monoparentales ainsi que des personnes seules. Ainsi, les bénéficiaires ont pu faire leurs achats, comme tout le monde. À partir de mi-avril, le Secours Catholique a distribué 1 700 chéquiers-services de l’État de 35 euros en chèques de 3,50 euros avec au maximum 7 euros par jour et par personne. Ils ont été remis aux personnes sans abri et à la rue, vivant en campements et bidonvilles, hébergées chez des particuliers ou en centre d’hébergement. Ceci s’est réalisé en lien avec les centres communaux d’action sociale (CCAS) pour l’identification des besoins et avec l’aide d’autres associations partenaires via des conventions. Ils ont permis d’aider trois cent trente quatre personnes dont quatre-vingt-dix personnes seules. La délégation du Secours Catholique Aix/Arles tient à saluer le travail remarquable réalisé dans certaines communes par les CCAS qui ont mis en lien les associations et coordonné les partenariats pour une meilleure pertinence de l’aide.

Deuxième urgence : la lutte contre l’isolement.

Des nouvelles formes d’accompagnement ont été mises en place : plate-forme téléphonique d’écoute et de réponse aux urgences (plus de 750 appels en un mois), accompagnement scolaire et apprentissage du français, aides aux démarches administratives, accès aux droits … par téléphone ou via internet. Des rendez-vous téléphoniques ont également permis de remettre leur courrier aux personnes ayant leur adresse postale dans nos antennes. Cet engagement exceptionnel a été possible grâce aux bénévoles, anciens et nouveaux, qui se sont mobilisés pour répondre à la crise. Nos actions ont été renforcées grâce aux donateurs qui ont répondu généreusement à l’appel d’urgence lancé par Secours Catholique-Caritas-France pour financer notamment les chèques-services. Ces dons, mis bout à bout sur le territoire national, ont aidé à lever plus de 5 millions d’euros pour lutter contre la crise Covid. Ils sont aussi le signe de la confiance qui nous est faite et nous confortent dans nos engagements.

Après le confinement.

Les contextes de pauvreté ont changé : réflexion et adaptation pour la reprise des activités. Cette période exceptionnelle aura un impact durable sur nos activités. Des effets positifs sont déjà à noter : de nouveaux partenariats se sont formés, d’autres, intensifiés avec les mairies et entre associations ; sans compter les élans de solidarité citoyens qui ont germé un peu partout. Mais aussi l’émergence de pauvretés nouvelles, notamment pour l’accès au numérique, l’augmentation des besoins d’aide aux familles, l’évolution du bénévolat nous conduisent à repenser nos actions. Un projet est déjà lancé pour équiper et former les bénévoles afin de faciliter cet accès au numérique. ` Les locaux de la délégation d’Aix ont réouvert depuis le 18 mai, d’autres reprennent progressivement leurs activités dans le respect des précautions sanitaires, grâce aux protocoles stricts validés par nos instances nationales.

À tous les acteurs de solidarité rencontrés au fil de ces semaines, pour les signes d’espérance semés et toutes les générosités à l’œuvre : MERCI ! La fraternité est possible, au service des plus fragiles de notre société. Cette période en aura été le révélateur. Elle aura montré que si nous le voulons ensemble, nous pouvons contribuer à davantage d’humanité. »

Hélène Mayer, présidente territoriale d’Aix-en-Provence et Arles

Imprimer cette page

Portfolio