Délégationd’Aix-en-Provence

Crise sanitaire

Des secours d’urgence , mais pas seulement

Les bénévoles engagés dans la délégation d’Aix-Arles du Secours Catholique restent mobilisés et poursuivent les remises des chèques-services et des chèques de l’État auprès de ceux des plus démunis, en partenariat avec les associations caritatives et solidaires, les centres communaux d’action sociale (CCAS).

Des secours d'urgence , mais pas seulement

publié en mai 2020

Dès le 21 mars 2020, le Secours Catholique a acheté pour un montant de 2,5 millions d’euros des chèques-services à destination des plus démunis afin de leur permettre de s’approvisionner dans les commerces de proximité. Une seconde opération du même montant vient d’être décidée pour poursuivre ces aides d’urgence.

Au 15 mai 2020, plus de cinq cents carnets de chèques-services d’une valeur de 50 euros (décomposés en 1 chèque de 20 euros, deux chèques de 10 euros et deux autres de 5 euros) ont été remis aux familles. Ces chèques sont portés par les bénévoles aux personnes accompagnées par le Secours Catholique qui en ont un besoin urgent et qui peuvent ainsi aller faire leurs courses dans les magasins avec lesquels l’association s’est entendue.

Depuis début avril, neuf cents chèques d’État d’une valeur de 35 euros répartis en cinq chèques de 7 euros, sont remis aux personnes sans abri, vivant dans la rue, campant dans des bidonvilles ou hébergées à l’hôtel, ou dans d’autres structures d’hébergement. Cs distributions donnent "aux porteurs" l’occasion de nouer des contacts avec ces plus exclus et d’envisager la poursuite d’un accompagnement dans des situations difficiles.

Les remises de chèques sont effectuées en lien avec les acteurs publics locaux dans le respect de la sécurité des personnes.

De nombreux témoignages nous sont parvenus montrant l’impact de ces remises de chèques sur les bénévoles, dont des étudiants venus renforcer les équipes et sur les personnes bénéficiaires.

En voici quelques uns :

Une bénévole : « Ces quelques mots afin de tenter d’exprimer, si cela est possible, ce que l’on peut ressentir lorsque l’on participe en équipe à une maraude ... Inscrite à la Réserve civique pour donner un sens à cette période étrange que l’on nomme confinement, une journée, une seule, aux côtés de ces bénévoles, m’a permis de m’enrichir d’une nouvelle appréhension de mon environnement... et de mes rapports à l’autre. Cet autre, si près, et que pourtant je ne voyais pas en passant à côté. Cet autre vivant dans une maison, en cœur de village, dont je ne réalisais pas le dénuement qui pouvait être le sien. Cet autre encore, qui vit dans un squat insalubre, et qui n’en demeure pas moins mon semblable, qui survit dans des conditions telles que l’on ne peut les imaginer en France, en 2020.... ... Loin d’être un enfer, ces autres, qui ne sont pas un paradis non plus, sont simplement mes frères dans ce monde, avec lesquels je souhaite à présent pouvoir partager ce qui est, et fait notre monde. C’était une journée, particulière, au cours d’une période particulière, que j’espère voir devenir familière, comme j’espère garder ces liens avec ces autres, et ainsi, avec moi-même. Ces quelques mots, loin de pouvoir résumer ce que l’on ressent au fond de soi dans ces instants vous permettront, je l’espère, de comprendre ce que m’a offert le Secours Catholique et la Croix-Rouge en me permettant d’œuvrer ainsi à leurs côtés. »

Une mère de famille : "Coup de pouce bien nécessaire pour C., dont la vie s’est brusquement compliquée suite au confinement et à une fracture du pied : « Je suis tombée dans le pire  » témoigne cette mère divorcée de quatre grands enfants à charge et qui a toujours travaillé comme aide à domicile. Aujourd’hui, le Secours Catholique lui vient en aide avec l’octroi de deux chèques de 50 euros qui lui permettront de passer un cap bien difficile.

Témoignage de deux étudiants impliqués dans les maraudes qui ont répondu à la plateforme téléphonique :

« Nous sommes deux frères âgés de 21 et 24 ans, confinés chez nos parents à Aix-en-Provence. Dans le contexte de la crise sanitaire qui sévit aujourd’hui et au vu de notre emploi du temps peu rempli au cours du confinement, nous avons tout de suite pensé à nous engager dans une association caritative pour donner notre temps et nous sentir utiles dans cette dure période que traverse notre pays. Nous avons tout de suite pensé au Secours Catholique car nous connaissons son rôle en France et qu’il a été nommé par le Gouvernement pour distribuer des chèques alimentaires aux plus démunis. Avec le confinement, nous nous sommes dit que l’association aurait besoin de bras pour répondre à l’appel du Gouvernement. »

Imprimer cette page

Faites un don en ligne