Délégationd’Aix-en-Provence

RENCONTRE AVEC VERONIQUE FAYET, PRESIDENTE DU SECOURS CATHOLIQUE CARITAS FRANCE

à Aix en Provence, le 27 juin dernier

VERONIQUE FAYET, Présidente du Secours Catholique Caritas, accompagnée de Louise AVON, la Vice- présidente, est venue rendre visite à la délégation d’Aix-en-Provence, le jeudi 27 juin 2019 pour ensuite, faire une conférence sur l’accueil des personnes migrantes au Temple de la rue Villar.

RENCONTRE AVEC VERONIQUE FAYET, PRESIDENTE DU SECOURS CATHOLIQUE CARITAS FRANCE

publié en août 2019

Entourée par une trentaine de bénévoles et de salariés, un échange très intéressant s’est instauré au cours duquel a été rappelé la " révolution fraternelle" engagée par le SCC depuis l’année dernière, qui sert de base à toutes nos actions pour un changement dans la société.

"Ensemble construire un monde juste et fraternel", notre projet national, est bien le fondement des actions que nous menons sur le terrain.

Pour cela, nous avons besoin de l’aide de tous, en moyens humains et financiers. N’attendez pas l’automne pour vous manifester.

Voici quelques extraits de cette intervention que nous vous confions et qui nous soutient dans notre quotidien :

Quatre sujets sont indissociables pour transformer la société :

-  Les savoirs : A partir de nos rencontres avec les plus démunis, nous pouvons vivre le regard des pauvres ; ils ont quelque chose d’unique à nous apporter : en les écoutant, on fait des pas de géants dans nos actions. On ne peut pas les faire sans eux. Il est important de les associer par exemple aller voir le Maire avec les personnes privées de logement.

-  L’accès aux droits : nous savons tous que la plupart des personnes qui viennent au SCC ne connaissent pas leurs droits et nous pouvons mieux les aider en les comprenant.

-  Les territoires : certains sont oubliés et ne disposent pas des bureaux ou des accueils nécessaires à leurs demandes (les gilets jaunes ont été un révélateur). A nous de trouver des solutions comme une épicerie solidaire qui se déplacerait à domicile, par exemple.

- L’interculturel et l’interreligieux  : il est bien de dialoguer ensemble mais il faut oser « œuvrer » ensemble. C’est dans une démarche commune ; on est différent mais, dans l’action, on forge un ADN commun. Il faut distinguer la dimension spirituelle et religieuse. Chacun a accès à la transcendance, une aspiration à la beauté, la fraternité, la gratuité, de l’amitié, de l’amour, de la contemplation. Comme dit le Pape François, la plus grande discrimination dont souffrent les pauvres est le manque d’attention spirituelle. Nous avons donc une mission d’amour et d’éveil à la spiritualité. Le SCC ne doit pas être un simple prestataire de services. La charité n’est pas une simple aumône pour faire taire notre bonne conscience ; c’est Dieu qui serre chaque homme dans ses bras. Nous sommes le signe et l’instrument de l’amour de Dieu. Aimant, dans son double sens, l’amour attire l’amour. Pour oser aborder le thème de la spiritualité, il faut trouver des nouvelles formes d’animation spirituelle.

Imprimer cette page

Faites un don en ligne