Visuel principal de l’article
Légende image
© Jean Cohen / Atelier des vanniers du pays d'Aix
Contenu national
Thème
Migrants
Commune
Aix-en-Provence

Le tour de main des vanniers rom du pays d’Aix

Paragraphes de contenu
Ancre
0
Texte

Depuis 2016, l’Atelier des vanniers du pays d’Aix, soutient les artisans rom d’Aix-en-Provence, en organisant la distribution et la vente d’objets tressés dans les règles de l’art.

C’est à « l’Auberge », un terrain donné par la mairie d’Aix-en-Provence, que l’on peut observer la technique de Mihaïl et d'Andras, deux vanniers rom venus de Roumanie.  Une ancienne auberge de jeunesse a donné son nom à ce campement, situé près de l'A51,  où les deux artisans s’activent quotidiennement et perpétuent un savoir-faire ancestral. Les paniers et corbeilles qu’ils créent sont ensuite distribués et vendus par l’intermédiaire de l’Atelier des vanniers du pays d’Aix. Cette association a été mise en place en 2016 par un collectif rassemblant des bénévoles de la Cimade, le Secours Catholique, la Ligue des droits de l’homme, l’Entraide protestante et Rencontres tsiganes.

« Un jour, on a vu Gligor arriver de Roumanie avec six paniers pour les offrir aux bénévoles », se souvient François Provansal, président de l’Atelier des vanniers du pays d’Aix. « C’est ainsi qu’on a découvert leur savoir-faire. » La vannerie, entre art et métier, est une activité très importante pour ces Roms originaires de la région de Târgu Mures, au centre de la Transylvanie. Ils commencent souvent à tresser dès l’enfance. « Christina, l’épouse de Gligor, raconte que lorsqu’elle avait dix ans, elle partait avec les paniers sous le bras et faisait du porte-à-porte pour les vendre », explique Jean Cohen, trésorier de l’association.

Un revenu stable pour les artisans

« Ils sont très fiers de la qualité de ce qu’ils font », remarque Didier Bonfort, secrétaire de l’association, et aussi membre du Secours Catholique, qui admire le talent des vanniers de l’Auberge.  Malgré la qualité des objets en osier qu’ils fabriquent, leur distribution et commercialisation restent compliquées à cause notamment de la barrière de la langue.  C’est donc l’association qui organise les ventes, à la sortie des églises, sur les marchés ou les foires, afin d’assurer un revenu à ces artisans. Mihaïl et Andras sont d’ailleurs inscrits à une association intermédiaire pour l’insertion,  Partage et travail qui leur établit un bulletin de salaire. Une satisfaction pour l’association dont l’initiative a pour but de permettre aux vanniers d’avoir accès aux circuits de l’emploi.  Malheureusement, depuis un an, les restrictions sanitaires ont considérablement ralenti les ventes. Les bénévoles ont tenté de compenser ce manque à gagner en créant un catalogue qui permet de passer des commandes par courriel ou téléphone.

Organisation soeur, l’Association de solidarité des Roms du Pays d’Aix (Assoropa) mène depuis des années des actions dans les bidonvilles, souvent dans des conditions difficiles, à cause notamment des démantèlements des camps.  L'Atelier des vanniers du pays d’Aix offre, en parallèle, une vitrine sur un patrimoine de valeur et une visibilité positive pour les Roms des territoires aixois.

Les paniers et corbeilles en osier sont en vente dans les locaux de la délégation ou sur place à l'Auberge. L'association cherche aussi des bénévoles pour l'aider à developper son modèle.  
Renseignements et catalogue :  François Provansal au 06 19 03 12 87 ou courriel :
f.p.provensal@wanadoo.fr
© Juliette Bachelard - Secours Catholique - Aix/Arles